Mon cheminement

 

Ma recherche

Cascade Nature relaxante

Depuis plus de 20 ans, je suis interpellé par les questions du mieux vivre ensemble et de la diversité. J’ai inlassablement recherché des techniques, des disciplines, des méthodes issues de différents courants ( communication non violente, PNL, analyse transactionnelle,… ) qui répondent efficacement aux situations de tensions ou d’agressivité auxquelles nous sommes confrontés.

 

Trois constats se sont progressivement imposés :

  • L’apprentissage de techniques est souvent inopérant et a tendance à pousser le participant à devenir quelqu’un d’autre, à construire un «  faux-self » de celui qui applique et dont le naturel revient au galop en situation de stress;

  • L’individu n’a pas besoin d’apprendre à bien communiquer pour demeurer en qualité de lien;

  • Omni présence de la violence sous toutes ses formes.

 

Ma découverte de la thérapie sociale

La découverte de la thérapie sociale en 2013, m’a permis de confirmer mes constats et de trouver une méthode d’intervention novatrice notamment caractérisée par sa proposition audacieuse de prévenir la violence par le conflit, un conflit considéré comme une valeur positive.

J’ai ainsi découvert une méthodologie exigeante dans le travail personnel et relationnel qu’elle nécessite, rigoureuse dans son processus, non dogmatique, sans faux-semblants, sans recettes miracles, profondément respectueuse de l’être humain dans toute son ambivalence, à savoir ses capacités d’amour et de haine.  Une discipline véritablement ancrée dans le monde dans lequel nous vivons. Une discipline au diapason des souffrances, des peurs et des violences qui gagnent inexorablement le cœur de l’homme dans un monde en proie à de multiples crises : crise de sens, crise du travail, crise du lien où la peur de l’autre se généralise,….

Nature Point d'Eau
 

La thérapie sociale

Rochers Nature Relaxante

La thérapie sociale a été créée par Charles Rojzman, psychosociologue et thérapeute. Cette dernière relève d’une approche transdisciplinaire novatrice, dont l’objectif n'est pas la guérison de l'individu en tant que tel mais l'amélioration des relations sociales et plus particulièrement des relations entre le collectif et l'individuel. Elle est pratiquée aux quatre coins du monde : au Rwanda entre les victimes du génocide et leurs bourreaux, dans les banlieues françaises, à l’Université de Pennsylvanie, en Israël et en Palestine, en Italie, en Suisse,…

La thérapie sociale permet des espaces d’échanges d’informations et de débats dans lesquels chacun est invité à reprendre de l’autonomie, de la responsabilité, de la puissance sur le monde qui l’entoure en exprimant, sans angélisme, la manière dont il voit et vit la réalité ; en exprimant, en confiance, les craintes, les souffrances et les vulnérabilités qui l’habitent, pour aller jusqu’au bout des conflits qui l’opposent aux autres. De tels espaces deviennent alors source de motivation, le point de départ de réussites, de pistes d’actions collectives et le fondement de saines coopérations.

 

La thérapie sociale repose principalement sur :

  • La posture des intervenants

  • La dynamique et la vie émotionnelle du groupe comme espace réparateur de lien et facteur puissant de motivation au changement tant personnel que collectif

  • La mise en évidence des filtres émotionnels et idéologiques qui empêchent l’individu de voir la réalité dans toute sa complexité,

  • L’intégration de la notion de conflit comme valeur positive

  • Le processus d’intelligence collective, d’information circulante et la responsabilité